Warning: array_shift() [function.array-shift]: The argument should be an array in /home/www/vestris/www/config/ecran_securite.php on line 283

Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/vestris/www/config/ecran_securite.php on line 284
Société Auguste Vestris - Jalons de la vie de Bournonville
  Auguste Vestris


Titre
 

9 juillet 2011, onzième et dernière soirée : La Classe de Vestris

Dans la même rubrique
In the same section


Témoignage d’un jeune médecin
L’inconnue aux mille visages
De l’imaginaire à la vérité de l’artiste
« Leurs pas sont gravés dans mon esprit »
Une conversation avec Lis Jeppesen
Jalons de la vie de Bournonville
Toni Lander — The Artist
Jalons de la vie de Bournonville
Une conversation avec Flemming Ryberg

La France et l’Italie dans la pensée de Bournonville
L’Ispirazione di Bournonvile tra Francia e Italia
Des Vestris aux Bournonville
De la danse terre à terre à la danse d’élévation

Crédo chorégraphique
Risorgimento de l’Idée

Les rubriques
All sections :













 

Jalons de la vie de Bournonville
Poul Gnatt, Kirsten Gnatt-Ralov et Toni Lander

9 juillet 2011

Printable version / Version imprimable   |  305 visits / visites

Poul Gnatt et Kirsten Gnatt-Ralov

Nés à Vienne de parents danois, la naissance de ces frère (1923-1995) et sœur (1922-1999) est à marquer d’une pierre blanche pour Bournonville.

Tout en assumant avec éclat son rang d’étoile au Théâtre Royal, Poul Gnatt a joué - comme Roger Fenonjois en France - un rôle important en tant que Résistant pendant la Deuxième Guerre Mondiale. Aventurier et indomptable, Poul Gnatt quitte le Danemark en 1952 et devient étoile international, pour arriver en 1953 en Nouvelle Zélande avec son épouse et leurs quatre fils. Par un labeur de titan, Gnatt créa ab nihilo ce qui allait devenir le Ballet Royal de la Nouvelle Zélande et son Ecole ; il y mit en scène tous les grands ballets de Bournonville. Quant à sa sœur Kirsten, elle fit ses débuts sur scène en 1933 jouant la petite Fanny dans Le Conservatoire.

Etoile du Théâtre Royal entre 1942 et 1962, maître de ballet, épouse du grand mime Fredbjoern Bjoernsen, elle fut aux côtés de Henning Kronstam Directeur de la danse à Copenhague entre 1977 et 1984. C’est à elle que nous devons la première compilation en Labanotation de toutes les Ecoles de Bournonville, accompagnée des partitions, publiée à New York en 1979 sous le titre The Bournonville School.

Une biographie de Poul Gnatt, par J. Shennan, est sur le point de paraître.

Toni Lander

Ce témoignage nous a été envoyé par son époux Bruce Marks le 10 juin 2011.

Comment Toni Lander est-elle devenue la grande ballerine que nous connaissons ?

JPEG
Toni Lander vers 1965

Cliché par Henk Jonker, Amsterdam,- paru dans De Foerste Trin de Bent Schoenberg, -Carit Andersens Forlag, Copenhague

C’est en sa dix-septième année que Toni s’est découverte une vocation d’enseignant. Le chorégraphe d’Etudes, Harald Lander, a créé son ballet sur elle, et la toute jeune Toni l’a aidé à l’enseigner à la troupe du Théâtre Royal. Peu après, Toni et Harald sont partis pour Paris et ce ballet allait connaître un succès mondial.

Toni disait toujours que c’est en enseignant qu’elle avait tant appris, car cela l’avait d’emblée forcé à analyser puis expliquer ce qui faisait « tourner les roues » de la mécanique. Non moins important était sa propre approche lorsqu’elle prenait le cours. Pour Toni, les moments où l’élève ne danse pas sont tout aussi utiles que ceux où il évolue devant le professeur. Elle voyait bien que certains danseurs bavardaient dans un coin, répétaient d’autres pas – en général ceux qu’ils savaient déjà parfaitement exécuter – ou s’observaient dans la glace en arrangeant leur tenue, tandis que leurs collègues évoluaient au milieu. Mais Toni observait et écoutait, prenait note des corrections que le professeur donnait aux autres, tout en se demandant si elle ne faisait pas la même erreur. C’est ainsi qu’elle tirait deux fois plus profit d’un cours que ses collègues.

A chaque fois que j’enseigne je pense à Toni et à la fin du cours, je demande à chaque danseur d’indiquer le nouveau concept qu’il aurait appris pendant le cours. « Imaginez-donc, dis-je, la rapidité de vos progrès si seulement vous vous atteliez à apprendre un seul nouveau concept par jour. »

Quant au geste mimique, Toni l’a appris auprès d’une légende du Théâtre Royal, Valborg Borchsenius, ancienne ballerine qui devint l’une des grandes interprètes des rôles de composition du théâtre. Le geste mimique classique peut ressembler à des signaux de sémaphore exécutés par un robot ; avec Madame Borchsenius, le geste vivait, et chaque concept était unique et parlant. Avant de parler, pense ! De même, si tu es danseur, avant de faire un geste, pense ! Ce sont ces instants de pensée, ces pauses entre le geste, qui sont la clef du naturel dans le geste mimique des ballets.

Par ailleurs, les Danois sont des artistes particulièrement musicaux. En vous transmettant un ballet ils ne donnent jamais les comptes. Celui qui fut mon professeur, Antony Tudor, détestait cela aussi : « Ne danse pas selon le pointillé des chiffres, disait-il, danse selon ce que la musique te dit. »

Lorsque Toni nous enseignait un ballet elle déclarait, « ce pas veut dire ceci » (en anglais : “This step ‘says’ this,”) et ensuite elle nous chantait la musique plutôt que de nous donner les comptes (…). Un danseur qui compte n’écoute pas la musique mais ne fait qu’écouter le chiffrage de la mesure ou les temps forts. Or, la qualité d’une œuvre musicale est dans ce que vous entendez et non pas dans les temps forts. Pour que votre danse ait un sens, il faut qu’elle soit musicale et Toni Lander était la musique même.

De ce que Toni nous a légué, c’était son amour de la danse qui primait - toute la danse et non pas seulement le classique. Avant de quitter la scène, elle s’est produite à mes côtés dans The Moor’s Pavane de Jose Limon presque 150 fois, et chaque spectacle était pour nous comme le premier. C’était en 1970, j’étais Othello et elle Desdemone. Après le premier spectacle Toni vint me dire à quel point elle regrettait n’avoir connu la danse moderne qu’à la toute fin de sa carrière scénique. Car elle dévorait le mouvement ! Voilà quelqu’un qui puisait sa félicité dans la danse elle-même et non dans les avantages que la danse eût peut-être pu lui procurer. Danser était tout son amour, et quant à ses collègues, eux l’aimaient plus que tout.

Bruce Marks
Pompano Beach, FL

Née à Copenhague, Toni Lander (1931-1985) est élève de l’Ecole du Théâtre Royal dont elle rejoint la troupe en 1948. Nommée soliste en 1950, elle quitte le Danemark pour devenir étoile invitée des Ballets Russes (1951-1952), du London Festival Ballet (aujourd’hui ENB) entre 1954 et 1959, et de l’Opéra de Paris. Dans cette ville, elle travaille avec Olga Preobrajenskaya et Liubov Egorova. En 1965 elle rejoint l’ABT à New York et épouse son collègue Bruce Marks dont elle a eu trois fils, tout en poursuivant une carrière scénique des plus exigeantes. En 1967 elle apparaît dans le film Les Six Ecoles de Bournonville, dont le responsable artistique est Hans Brenaa. En 1971, Toni et Bruce retournent au Danemark danser au Théâtre Royal, puis en 1976, elle suit son mari devenu directeur de Ballet West à Salt Lake City. Etablie aux USA, elle conquiert une grande renommée en tant qu’enseignante de la technique de Bournonville. Quelques mois seulement après sa nomination en 1984 comme Directrice de la danse au Théâtre Royal, Toni meurt subitement, privant le monde de l’art d’un être dont la beauté morale allait de pair avec d’immenses qualités artistiques.